Catégorie

Archive pour la catégorie « 04. Jean-Jacques Perrey »

Moog Sensations

Moog Sensations dans 04. Jean-Jacques Perrey R-143519-1106900205.jpg

JEAN-JACQUES PERREY
Moog Sensations

(Dare-Dare / 2001)

Issu d’une série de vinyles pour le label Montparnasse 2000, Moog Sensations est le seul opus de cette période 70’s à avoir été réédité en CD. On y retrouve la patte inimitable de l’artiste avec sa joyeuse humeur contagieuse sur 20 mignardises sonores. Bien que destiné dans l’ensemble à l’illustration sonore, le disque fait preuve d’un véritable équilibre entre drôlerie et émotion par rapport à l’aspect fonctionnel de Good Moog. Les nostalgiques seront aux anges avec l’ouverture The Percolator, autrefois indicatif d’Antenne 2 et c’est ainsi paré que l’on navigue dans cet univers joyeusement vintage. Les sonorités fourmillent et refusent de tenir en place (Moog Sensations, Ballet Intersidéral, Music) ; puis elles se posent pour nous faire basculer dans le rêve avec les explicites Cœur Synthétique (sur fond de battements cardiaques) et Berceuse Pour Un Bébé Robot. Et la farandole redémarre avec la pop mancinienne de La Panthère Cosmique, le menuet de la Soirée Chez Jean-Sébastien et les arrangements virevoltants de Moogie Boogy. Le voyage aura été aussi riche qu’il nous aura paru court. De même qu’il nous aura fait réaliser combien Perrey est l’un des plus grands mélodistes de l’électro.

Image de prévisualisation YouTube

The Happy Electropop Music Machine!

The Happy Electropop Music Machine! dans 04. Jean-Jacques Perrey R-774517-1166779067.jpeg

JEAN-JACQUES PERREY & DANA COUNTRYMAN
The Happy Electropop Music Machine !
(Oglio Records / 2006)

Après les bricolages sonores d’Eclektronics, c’est désormais avec son camarade Dana Countryman que Perrey poursuit ses vignettes space-pop dans un opus ouvertement plus conventionnel. Les ritournelles acidulées des années Vanguard sont désormais bien loin, les aspérités sont gommées et les sonorités plus rondes. Ici, le compositeur ramène son propos à l’essentiel : faire sourire et danser. Twist, samba, tango… Perrey continue d’exploiter les genres, les désosse et en fait ressortir tout l’aspect festif avec ses synthés colorés. Coutumier de l’exercice de la reprise, il s’attaque désormais au patrimoine populaire américain allant jusqu’à parodier The Stars And Stripes Forever. Si l’ensemble est soigné, il ne surprend pas et se contente de remplir sa tâche de musique joyeuse avec savoir-faire.
On dégagera toutefois Edith Von Aachenburg, hommage touchant à Édith Piaf ainsi que Troll’s Story, bande-son disneyenne en plusieurs parties destinée à une histoire publiée sur le site du compositeur (retirée depuis, hélas !).

Image de prévisualisation YouTube



Good Moog

Good Moog dans 04. Jean-Jacques Perrey k71011a7vwp

JEAN-JACQUES PERREY
Good Moog : Astral Animations & Komputer Kartoons

(Kosinus Records / 1998)

Si la majorité des travaux de Perrey se trouve en vinyle, on peut trouver une trace de ses collaborations avec Harry Breuer et Gilbert Sigrist sur cette compilation orchestrée par Kosinus. Sachant que ce label français est spécialisé dans l’illustration sonore pour les professionnels de l’audiovisuel, n’attendez pas de ce disque un quelconque agencement des morceaux. Ici, les 40 plages s’enchaînent sans lien ni chronologie, remplissant leur rôle explicité dans l’intitulé même du disque. Bizarrement, cette absence de structure fait que la musique de Perrey semble sonner beaucoup plus kitsch et tient difficilement sur la longueur du haut de ses 73 minutes roboratives. Le programme trop chargé empêche ainsi de détacher du lot certains titres et l’on se contente de voir défiler les fantaisies électro du compositeur : classique, menuet, rockabilly, blues, country, valse musette, musique de cirque…
Perrey passe la musique de genre au crible et exalte le caractère lunaire du synthétiseur Moog pour des vignettes qui dépassent rarement les 2 minutes 30. À écouter avec modération.

Image de prévisualisation YouTube



12