Archives

Archive pour août 2010

Dim & Dad

Dim & Dad dans 02. Cartoons sonores R-387132-1144146202.jpeg

FLYING POP’S
Dim And Dad

(Pschent Music / 2003)

Issu de l’ingénierie aéronautique, Cyril Polacsek n’oublie jamais de saluer son milieu d’activité dans son projet musical Flying Pop’s. Alors que son premier album Flying To Frisco (2001) délivrait une house aussi jazzy que totalement superficielle, sa paternité va devenir l’occasion de s’orienter vers une approche plus ludique. Une nappe de synthé lancinante, compte à rebours lancé, ainsi arrive le petit Dimitri (Birth). Les aéroports des débuts cèdent la place aux atmosphères feutrées de l’Hôtel Costes avec ses beats caressants, ses scratchs discrets et ses vocaux féminins. On sombre alors dans l’indolence lounge avant que Dim And Dad ne nous colle un sourire béat (ou un air navré, c’est selon) avec son côté Smoby tout rond tout coloré. Puis le compositeur se décide à nous réveiller avec l’uptempo Shut Up And Play Your Music au breakbeat efficace relevé par quelques notes de piano. Lui succède une virée au Buddha Bar (Stars From Pansjhir), un triptyque entre pop et drum’n’bass (Dimi Rêve). L’adjectif « aérien » est ici exploité dans son ensemble jusqu’à sa conclusion dans Give Me Love et ses synthés cristallins. L’innocence enfantine vient doucement s’inviter dans cette deep house bien urbaine mais peut-être pas assez pour les puristes du genre qui ne manqueront pas de crier au mauvais goût.

Image de prévisualisation YouTube

Hey Mr. Bugs !

Hey Mr. Bugs ! dans 03. L'Art de la Récup' R-2744652-1299098026.jpeg

BUGS BUNNY & CO.
Hey Mr. Bugs !

(Carton Rouge / 1997)

Suffit-il d’associer deux univers qui plaisent aux jeunes pour accéder au succès ? De ces tentatives de crossover, on retient Space Jam (1996) côté cinéma pour les toons. Un an plus tard, Warner France réitère l’essai sur disque en emmenant le célèbre lapin dans l’univers du rap. Verdict ? Bugs Bunny, comme bon nombre de personnage à succès, endosse le rôle d’emballage à un produit sans âme et sans rapport aucun avec son univers. Sans sombrer dans le clinquant, le disque enchaîne les morceaux aux sonorités moody et aux voix soul dans leur aspect le plus poli ; rien au final qui ne surprendra ou ne choquera les auditeurs. Quoique, entendre un morceau de rap samplé sur du Gabriel Fauré (!) fait plutôt mal aux oreilles (Childhood Memories)…
Alors oui, il y a des scratches, du breakbeat (What About Us ?
), des rythmiques house (Tasmanian Devil), des chœurs féminins (Who Are You ?), le cahier des charges du rap formaté est bien rempli ; sinon, à part ça, rien d’autre. Et ce ne sont pas les singles en français (Hey Mr. Bugs !, Bip-Bip) qui nous convaincront de la crédibilité de l’entreprise.

Image de prévisualisation YouTube

Tutti Frutti

Tutti Frutti dans 02. Cartoons sonores tuttifrutti

DRAGIBUS
Tutti Frutti

(Autobus / 2004)

Il semblerait qu’au fil de leur discographie, les Dragibus délaissent les comptines au profit des chansons pop. Étant donné la joyeuse humeur qui se dégage de ce Tutti Frutti, on ne saurait leur en tenir rigueur. Poursuivant le virage amorcé dans leur précédent Lollipop, le groupe kidulte offre une interprétation délurée d’un répertoire on ne peut plus éclectique, embrassant le rock, la chanson yé-yé et les tubes pour enfants italiens. La voix délicieuse de Lore Barges vient sublimer à chaque instant les paroles des standards, entre respect (Palladium de Liz Brady, Human Fly (!) des Cramps) et relecture orientalisante (Pigmy Pig de Moondog, Azor d’Arletty). Rarement une chanson de Plastic Bertrand n’aura sonné si joyeuse sans être tapageuse (Naïf Song). Les comptines viennent apporter quelques respirations au milieu de cette agitation, notamment les japonaises Kirin (pièce courte pour voix et clavier) et Namida Kara Ashita E en duo avec Mami Chan. La sud-américaine Ahora Que Vamos Despacio ajoute une touche mélancolique avant que le disque ne reparte de plus belle dans sa farandole pop avec une reprise de Mashed Potatoes et l’énergique L’Omino Della Luna décliné tour à tour en remix puis chanté sous la douche en bonus track (sic). Un excellent anti-dépresseur qui devrait être remboursé par la Sécu !

Image de prévisualisation YouTube



12