This Time With Strings

Posté le 27 juillet 2010

 

This Time With Strings dans 05. Raymond Scott TTWS+CD

RAYMOND SCOTT AND HIS ORCHESTRA
This Time With Strings

(Basta / 2008)

Toujours à l’affût de nouvelles interprétations de ses titres, Raymond Scott s’adjoint un orchestre à cordes pour cet album de 1957. Le résultat ? Tout simplement l’un des plus beaux fleurons de la discographie du compositeur. Rarement la musique de Scott n’aura atteint une telle dimension, où l’émotion se déploie dans un mur de cordes massives et poignantes. Ainsi, loin du simple exercice de la reprise, Raymond Scott opère une véritable relecture de son répertoire et révèle leur charge émotive avec une puissance inattendue. Powerhouse ouvre le feu avec une interprétation dantesque qui n’entame en rien sa drôlerie. Dans cet écrin classique, la mélodie de Pretty Little Petticoat gagne en innocence et celle de The Toy Trumpet en élégance, tous deux transportant l’auditeur dans une douce rêverie.
Mais le choc émotionnel arrive avec Mountain High, Valley Low
où l’amusante vignette asiatique des débuts se retrouve transcendée dans une profonde mélancolie. Paradoxalement, In An 18th Century Drawing Room pourtant calqué originellement sur du classique s’en sort moins bien et sombre dans une certaine préciosité. Mais le disque se rattrape aussitôt avec une parfaite version de Twilight In Turkey à vous faire sourire jusqu’aux oreilles (jamais son célèbre refrain n’aura été aussi malicieux). Succédant clarté des interprétations (Huckleberry Duck) et exploitation plastique du son (Boy Scout In Switzerland), This Time With Strings s’achève sur A Cafe In Sorrento dont la mélodie irrésistible évite les écueils de Rock’n Roll Symphony (de même que les explicites Nightfall–Venice et Serenade qui émaillaient les standards). Un véritable chef-d’œuvre faisant voir le reste de la discographie de Raymond Scott d’un œil nouveau !

Image de prévisualisation YouTube

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire